Color Management addon/fr

From RawPedia
Jump to: navigation, search

Gestion de la couleur-Supplément


Concepts de la colorimétrie

Ce document vise plusieurs objectifs relatifs à la colorimétrie :
1. Résumer le processus de traitement d'un fichier Raw du point de vue de la colorimétrie et mettre en évidence les points clefs, les lacunes
2. Expliquer les principes des étapes essentielles afin que l'utilisateur puisse évaluer les enjeux
3. Expliciter l'emploi de certaines fonctions qui peuvent paraître obscures aux non-initiés.

A noter que ce document concerne exclusivement RT4 avec le travail avec des nombres réels, et non RT3. De plus, il ne prend pas en compte les dysfonctionnements possibles (bugs) qu'il peut rester à solutionner !

Avertissement

  • Il n'est pas dans les objectifs de ce document de traiter l'ensemble des aspects de la colorimétrie qui ne sont pas spécifiques à RT, comme par exemple : a) l'impression ; b) le calibrage des écrans.
  • Cependant, il est recommandé de calibrer son écran avec un des nombreux produits du marché : sonde colorimétrique, plus logiciel. Le profil élaboré ne concerne que le moniteur et ne doit en aucun cas être utilisé soit comme profil d'entrée, soit comme profil de sortie.
  • Sous Windows , MacOS ou sous Linux, un logiciel comme DispalGUI de Argyll, associé à une sonde de qualité même ancienne (par exemple, la sonde DTP94 que je possède et pour laquelle il n'existe plus [??] de pilotes sous Windows) donne de très bon résultats ; le temps d'élaboration est assez élevé (de l'ordre de 1 heure).
  • RT reconnaît automatiquement le profil système ; néanmoins vous pouvez entrer le nom du fichier icc écran, dans « Preference/ Color Management / Monitor Profile »
  • Il est souhaitable que le lecteur ait une connaissance a minima de la gestion des couleurs: triplet matriciel, notions RGB XYZ Lab, espace, primaires et profil colorimétrique,...Le lecteur avisé pourra consulter le site de B.Lindbloom [1]
  • L'affichage de l'histogramme ainsi que le naviguateur sont paramétrables : par défaut les valeurs affichées prennent en compte le "Output profile". Vous pouvez chnager ce comportement en allant dans "Préférences" et cocher "Use working profile fr main histogram and navigator"
  • Bien sûr, le contenu de ce document n'est pas - et de loin - exhaustif. Le sujet est complexe

Processus Raw initial avant conversion RGB

Lire le fichier Raw et utiliser ses données

  • La première étape, assurée pour l'essentiel par la base Dcraw (merci D.Coffin) consiste à lire les fichiers Raw de tous types, avec leurs codages propriétaires : profondeur des données 12 ou 14 bits, saturation du capteur, balance des blancs,... et bien sûr les données rggb ou rgbg;
  • la balance des blancs par défaut est celle choisie par l'utilisateur sur son boîtier au moment de la prise de vue;
  • l'interpolation (AMaZE, AHD, DCB...) intervient ensuite en faisant évoluer les données en rgb (image pouvant être évaluée visuellement sur un écran) : l'interpolation ne doit pas modifier (ou peu) la colorimétrie et c'est le cas pour l'ensemble des interpolations présentes dans RT (le deltaE94 du à l'interpolation est approximativement de 1 donc négligeable), par contre aux limites (très hautes lumières,...) des artefacts peuvent apparaître pour certaines d'entre elles.
  • ces données rgb sont modifiées pour leur donner un aspect plus proche de la réalité, par : soit une matrice de couleur (origine Adobe), soit un profil DCP (origine Adobe – ou RT) , soit un profil ICC "input", nous reviendrons ci-après sur ces profils ICC, leur élaboration et leur utilisation;
  • les valeurs rgb sont sans espace colorimétrique - ce point est fondamental (le choix par exemple sRGB ou AdobeRGB proposé sur le boîtier ne concerne que les fichiers JPG)
  • la gestion des couleurs est opérée : a) en partie avec LCMS2, qui a fait de gros progrès, et maintenant à la possibilité de travailler en virgule flottante en évitant de "cliper" les couleurs; b) directement par calcul (conversion XYZ, Lab, RGB, gamma, etc.)

Les profils ICC "input" : élaboration, utilisation, lacunes

  • ces profils s'appliquent (au sens colorimétrie "apply" et non "convert") : soit comme profils externes après conversion RGB (comme le fait Capture NX2) aux données rgb, donc théoriquement sans intention (relative, absolue, perceptuelle, saturation). Ils modifient les valeurs Lab, mais pas les valeurs rgb - les histogrammes restent identiques, soit comme profils internes comme le fait RT (théoriquement sans intention...) ;
  • ils essaient de réduire l'écart entre leurs valeurs initiales (celles du capteur) et une valeur cible en théorie parfaite;
  • ils sont théoriquement valables pour : un illuminant donné (D50, C, ombre,...), les conditions de la prise de vue de la mire, l'objectif de prise de vue...
  • néanmoins on peut sans problème les utiliser à condition de rester sensiblement dans le même environnement, par exemple flash au lieu de lumière du jour, D55 au lieu de D50...
  • élaboration :
Mire 468 couleurs, pour étalonnage
  1. photographier une mire dans des conditions idéales de prise de vue qui correspondent à votre utilisation souhaitée (extérieur, studio,...) ;
  2. plus le gamut de la mire sera grand, meilleur sera le résultat, par exemple la ColorChecker24 est proche de sRGB, même si elle donne de bons résultats dans les cas courants, comment peut-elle évaluer efficacement les couleurs réelles qui sont au-delà de sRGB (fleurs, couleurs artificielles...)?
  3. plus la mire aura un nombre de cellules important, meilleur sera le résultat (meilleur guidage du profil)
  4. La mire 468 couleurs, dévelopéée avec un collègue"Rouli", dépasse WideGamut pour certaines couleurs, et présente des valeurs de luminance basse.
  5. par exemple à titre d'information pour mon D200, les résultats des deltaE94 obtenus à partir du cliché (NEF) de ma mire 468 couleurs sur lequel j'applique le profil d'entrée ou la matrice : a) matrice de couleurs d'origine (Dcraw) – (ou résulats obtenus avec Camera Raw 6.6 et profil DCP) : moyenne=4.37, écart-type=1.82, maximum=13.75 ; b) profil ICC, présent dans le répertoire "Iccprofile" élaboré à partir de la ColorChecker24 proche de sRGB : moyenne=3.66, écart-type=2.08, maximum=11.28; c)profil ICC, élaboré par mes soins à partir de la mire 468 couleurs à gamut très large proche de WideGamutRGB : moyenne=2.05, écart-type=1.44, maximum=8.8; d)Bien sûr dans une majorité de cas, le profil réalisé avec une ColorChecker24 (ICC ou DCP) sera suffisant !
  6. prendre les photos de la mire vers 12h en plein soleil (a), ou par temps couvert (b), ou à l'ombre (c) ou avec un éclairage tungstène (d), ou avec une lampe de studio Solux (e) qui a un spectre très proche de la lumière du jour, ou f) un autre éclairage qui correspond à vos besoins: a) mettre le boîtier en mode manuel (exposition...) ; b)régler la balance des blancs sur a) 5000K (ou équivalent « soleil »); b) 6000K; c) 8000K; d) tungstène 2850K; e) Sun 4700K; f)... ;c) s'assurer qu'il n'y a aucun reflet ; d) prendre plusieurs clichés par 1/3 IL ; e) s'assurer de la plus parfaite égalité d'exposition entre le centre et les 4 bords de la mire
  7. mettre le(s) fichier(s) Raw dans un dossier RT
  8. ouvrir le Raw avec un profil pp3 "neutral" et choisir "Prophoto" comme "working profile", dans "Input Profile" choisissez "No profile"
  9. évaluer l'exposition à partir d'une des cellules grises de la mire dont la luminance est comprise entre L=40 et L=60 et examiner la différence d'exposition entre les bords sombres de la mire; choisir le cliché avec le meilleur compromis; recommencer éventuellement la prise de vue
  10. régler éventuellement l'exposition avec "raw white-black point", de telle manière que la valeur de L de la cellule de référence grise "K14" soit la plus proche possible de la référence (L=43.85)
  11. ajuster la balance des blancs avec SpotWB, en choisissant une cellule grise (L>20 - L<80) dont les valeurs "a" et "b" soient le plus proche de zéro (pour cette opération les valeurs « a » et « b » doivent être inférieures à 0.5 - les 2 meilleures cellules sont "K14" avec a=-0.07 b=-0.3 ou "H15" avec a=0.06 b=0.24 ; sinon si la cellule possède des valeurs « a » et « b » proches de 1, ajuster avec les curseurs "température" et "teinte" (voire plus loin les remarques sur la balance des blancs) de telle manière à aboutir aux valeurs Lab de la cellule de référence.
  12. puis cliquer sur "Save reference image for profiling"
  13. utiliser votre "profiler" qui se servira selon le fabricant soit des valeurs spectrales, soit des valeurs Lab ou XYZ : générer un profil de type reproduction pour l'illuminant correspondant à la prise de vue (D50, D65, Solux, etc.).
  14. bien sûr certains « profilers » (Profilemaker5, etc.) permettent d'élaborer des profils qui ne sont pas des profils « reproduction » qui minimisent les deltaE94, mais des profils qui vont donner un rendu spécifique (portrait, paysage, etc.) en jouant sur la courbe de contraste et sur la chromaticité différenciée des tons pastels et saturés. Ces profils fonctionnent mais de mon point de vue sortent de l'esprit de « Rawtherapee » en introduisant dès le départ des processus des écarts de teintes et de contrastes qui ne seront plus rattrapables par les divers algorithmes. Néanmoins ce choix est possible.

Balance des blancs

Lacunes de la balance des blancs
  • la balance des blancs n'est vraiment opérationnelle que si on utilise "SpotWB" sur un gris parfait ("a" et "b" de Lab à zéro), mais comme il est quasi impossible de mettre une charte de gris sur chaque photo prise (sinon de le faire à la Alfred Hitchcock) , il faut passer en général si on souhaite ajuster la balance des blancs du boîtier, par les curseurs "Temperature" et "Tint";
  • Or les curseurs donnent une amplitude 1500K à 25000K, et la base de calcul utilisée correspondant à l'illuminant D (Daylight) n'est pas valable en dessous de 4000K (les calculs ne sont qu'une extrapolation)
  • De plus les informations deviennent erronées si l'illuminant est différent de la lumière du jour (D) par exemple l'illuminant "Blackbody" ou "Fluorescent"
  • Donc prudence, grande prudence lorsqu'on est en dehors de l'illuminant D (lumière du jour) et pour des températures inférieures à 4000K
Ce graphique (B.Lindbloom) représente les données spectrales pour 4 illuminants que j'ai choisis arbitrairement : D50 (5000K), D40 (4000K), A (tungstène - 2850K) et F11 (fluorescent). Il montre à l'évidence la difficulté à extrapoler l'illuminant D...
Principes

Prise de vue : Lors de la prise de vue, 2 options de base s'offrent à l'utilisateur : a) travailler en mode RAW , dans ce cas les erreurs sont permises et une retouche est possible avec un logiciel de traitement Raw, par exemple RT ; b) travailler en JPEG, dans ce cas si le choix de la balance des blancs sur le boîtier est différent des conditions d'éclairage la retouche est plus difficile. Nous privilégierons l'étude du mode Raw.

Cependant un boîtier dispose, (indispensable en JPEG, souhaitable en Raw ) de plusieurs réglages balance des blancs. Bien sûr ces fonctionnalités dépendent de la marque et du modèle, mais on retrouve souvent :

  • Un mode « auto » : c'est l'électronique du boîtier qui décide quelle est la bonne valeur, à partir d'algorithmes « maison ». Ce mode fonctionne généralement assez bien, sauf lorsqu'il y a de fortes dominantes de couleurs.
  • Un mode « manuel » , où l'utilisateur, pour certaines marques, entre une valeur de température, par exemple 7000K. Ce choix est fait par un utilisateur averti en fonction de son expérience.
  • Un mode « préselection » où l'utilisateur peut choisir parmi un certain nombre de situations prédéterminés en « usine » : « soleil », « ombre », « couvert », « flash », « incandescent », « fluorescent »,...
  • à noter que chaque marque et chaque boîtier à ses spécificités, par exemple pour le mode fluorescent : a) Canon dote ses boîtiers d'un seul mode ;b)Fuji en donne 3; c) Pentax en donne 3 ;d) Nikon en donne jusque 7 (D3S, D300,...); e) etc.
  • à noter également que la valeur « flash » est différente d'une marque à l'autre, par exemple pour : a) un Nikon D300, l'illuminant flash correspond sensiblement à 6400K; b) un Leica R9, l'illuminant flash correspond sensiblement à 5500K; c) un Sony A900, l'illuminant flash correspond sensiblement à « shade » soit, vers 7000K...
  • bien sûr dans une majorité de cas le choix de la présélection est assez évident, mais dans d'autres cas l'utilisateur ne saura que choisir...En effet lors d'une exposition, visite d'un musée, etc. quel est l'éclairage utilisé ?
  • Tous ces réglages agissent sur les multiplicateurs de canaux ;
  • En final lors d'un traitement « raw » ce choix apparaîtra dans RT comme « Camera »
Traitement raw

RT offre 5 possibilités:

  • « Camera » : le logiciel utilise - lorsque elles existent les données EXIF à la prise de vue
  • « Auto » : le logiciel évalue, la balance des blancs par une « moyenne » des données vis-à-vis d'un gris neutre théorique ;
  • « Réglages prédéfinis » : comme ombre, soleil, fluorescent, etc.
  • « Custom » : l'utilisateur peut choisir, la température et la teinte (voir le chapitre « lacunes de la balance des blancs »)
  • « Spot WB » : l'utilisateur choisi une zone gris neutre comme référence. Ceci suppose quasi obligatoirement la présence au moment du cliché d'une charte gris neutre.
Objet coloré – illuminant – observateur

En simplifiant la colorimétrie peut se synthétiser en 3 types de données :

  • Objet coloré : il se caractérise par ses pigments (rouge, bleu,...) quelque soit la source lumineuse éclairante. On peut l’évaluer avec un specto, qui va en donner une représentation unique
  • Illuminant ou source lumineuse : cette donnée caractérise, la nature de la source éclairante (soleil à midi, ombre, flash, lampe tungstène, tube fluorescent...). Elle s'évalue par 2 données : sa répartition spectrale et sa température corrélée ; attention 2 sources lumineuses qui ont la même température ne sont pas identiques car leurs données spectrales sont différentes.
  • Observateur : faites l'expérience suivante, observez la couleur d'un mur peint, puis celui de l'échantillon qui vous a permis le choix, vous constaterez que la sensation colorée est différente. La CIE (Commission Internationale de l’Éclairage) a défini 2 « observateur s», 2° et 10°, caractérisés par l'angle d'examen de la couleur.

Pour calculer les valeurs observées d'un objet coloré, sous l'illuminant X, il est nécessaire de faire intervenir dans le calcul les données spectrales de l'objet, de l'illuminant et de l'observateur Ces valeurs XYZ seront spécifiques à la température de l'illuminant (par exemple 6500K) ; au niveau des logiciels (Photoshop, RT...) la norme est d'utiliser D50. Il est donc impératif de réaliser une adaptation chromatique des valeurs XYZ(illuminant) vers XYZ(D50). Pour cela plusieurs méthodes existent de la moins performante à la plus performante : Von Kries, Bradford, CIECAM02.


L'illuminant lumière du jour (Daylight)

Cet illuminant a fait l'objet de nombreuses études de Judd, MacAdam et Wyszecki, à partir de plusieurs centaines d'exemples. Sommairement l'illuminant « D » est la somme de 3 parties : S(lamda)=S0(lamda) + M1*S1(lamda)+M2*S2(lamda)

  • une partie « fixe » So qui est la moyenne de tous les exemples testés ;
  • une première partie « variable » S1 qui correspond aux variations « bleu/jaune » dues à la présence ou non de nuages ou à la position et à l'intensité du soleil direct ;
  • une deuxième partie « variable » S2 qui correspond aux variations « rose/vert » dues à la présence d'humidité sous forme de vapeur ou de brume... ;
  • Concrètement cela se traduit par une formule « simple » qui détermine 2 valeurs x_D et y_D en fonction de la température de l'illuminant
  • x_D=0.244063 + 0.0991*103/T+2.9678*106/T2 -4.6070*109/T3 pour 4000K < T < 7000K
  • x_D=0.237040 + 0.24748*103/T + 1.9018*106/T2 -2.0064*109/T3 pour 7000K < T < 25000K
  • y_D = -3.0*x_D2 + 2.87*x_D-0.275
  • ces formules sont utilisées pour calculer les paramètres M1(x_D,y_D) et M2(x_D,y_D) de S(lamda)=S0(lamda) + M1*S1(lamda)+M2*S2(lamda) – ce n'était pas le cas jusqu'ici dans RT. Précédemment dans RT les valeurs xD et yD servaient directement au calcul des multiplicateurs de canaux, maintenant ces valeurs servent à déterminer les valeurs spectrales de l'illuminant à la température T. C'est seulement ensuite qu'on calcule de secondes valeurs qui permettent de déterminer les multiplicateurs

On constate immédiatement 2 choses :

  • il n'existe aucune référence « Daylight » en dessous de 4000K, la précédente formule utilisée dans RT (de 1200K à 4000K) a été « inventée » dans le cadre de Ufraw ;
  • rien ne s'oppose à modifier RT pour faire passer la valeur maximum de 12000K à 25000K (réalisé depuis 2013)
L'illuminant « corps noir » (blackbody) et «A : tungstène »

« L'illuminant A de la CIE est utilisé pour représenter la lumière typique d'un filament de tungstène d'une ampoule domestique. Sa distribution spectrale relative est celle d'un radiateur de Planck à une température approximative de 2856 K. L'illuminant A de la CIE peut être employé dans toutes les applications de colorimétrie impliquant l'utilisation d'une lumière incandescente, à moins qu'il y ait des raisons spécifiques d'employer un autre illuminant. »

L'illuminant « corps-noir » (blacbody ) peut être calculé par la formule de Planck qui est la généralisation de l'illuminant en fonction de T :

  • S(lamda)= c1 * pow(wavelength, -5.0)) / (exp(c2 / (wavelength * blackbody_Temp)) – 1.0);
  • où les 2 valeurs c1 et c2 correspondent à : a) c1=2*Pi*h*c2 h=constante de Planck c=célérité de la lumière ; b) c2=h*c/k k=constante de Boltzmann

Cet illuminant se raccorde bien vers 4000K avec l'illuminant « Daylight » avec des écarts minimes j'ai donc choisi pour RT d'utiliser en dessous de 4000K et jusque 1500K, l'illuminant « corps-noir » (il semble que « ACR » ait fait le même choix)

Les illuminants Fluorescent

La normalisation a prévu 12 illuminants de ce type, correspondants aux tubes vendus dans le commerce :

  • F1 : lumière du jour fluorescente – 6430K
  • F2 : Blanc fluorescent froid – 4230K
  • F3 : Blanc fluorescent – 3450K
  • F4 : Blanc fluorescent chaud – 2940K
  • F5 : lumière du jour fluorescente – 6350K
  • F6 : Blanc lumineux fluorescent – 4150K
  • F7 : simulateur D65 – 6500K
  • F8 : Simulateur D50 – 5000K
  • F9 : Blanc froid deluxe – 4150K
  • F10 : Philips T85 – 5000K
  • F11 : Philips T84 – 4000K
  • F12 : Philips T83 – 3000K

Ces illuminants (voir « lacunes de la balance des blancs ») ont une répartition spectrale très différente entre eux et entre les illuminants « daylight » et « blackbody ». Il est donc très peu conseillé de remplacer – lors d'un éclairage fluorescent – l'illuminant en question (par exemple F11 4000K), par un équivalent « Daylight 4000K »

sur ce graphique on voit que pour une même température, l'illuminant Daylight 4000 (spectre continu) est très différent du Fluorescent F11 (4000K)., donc il amènera un rendu des couleurs différent.

En fait la balance des blancs, calcule à partir des données spectrales, 2 coefficients xD, yD qui modifient les multiplicateurs de canaux : ce calcul de xD et yD agit à la façon d'un calcul intégral moyenné. Certes la balance des blancs « moyenne » sera bonne, mais les pics ou les écarts des données spectrales par rapport à un idéal théorique (corps-noir ou lumière du jour) amèneront localement pour certaines couleurs des écarts de teinte plus ou moins importants.

Il existe un concept « CRI = Color Rendering Index » qui traduit la qualité de la source lumineuse. Ce « CRI » est un chiffre qui vaut 100 pour une source parfaite. On estime que des valeurs supérieures à 90 donnent des résultats acceptables. A titre d'exemple :

  • Fluo F4 « warm white » : CRI=51
  • Clear Mercury Vapor : CRI=17
  • plusieurs LED avec « CRI » compris entre 50 et 96
  • Solux 4700 : CRI=92
  • etc.

Ce concept est implanté (non encore utilisé) dans RT avec les choix suivants :

  • 20 couleurs de référence dont 8 « standard » de la Colorchecker24 plus , 4 teintes peau, 4 gris (blanc – noir), 3 bleus
  • utilisation de CIECAM02 pour l'adaptation chromatique
  • utilisation de CIE Lab pour calculer les deltaE

Pour y remédier (partiellement), il suffit de réaliser un profil ICC d'entrée (voir le paragraphe concerné) avec la source lumineuse voulue assortie des données spectrale correspondantes.

Autres illuminants

Il existe d'autres illuminants dérivés de l'illuminant A et proche de « daylight » :

  • B et C que je n'ai pas implanté dans RT, mais il est possible de le faire
  • un illuminant à énergie égale : « E »
  • l'illuminant des lampes de studio (cinéma, éclairage de scènes , musées, studio photo, etc.) qu'on retrouve sous les appellations : HMI, GTI, Solux 4700K , JudgeIII, Solix4100K, Solux3500K, etc., qui sont implantés dans RT.
  • Illuminants LED : ces lampes présentent souvent de grosses lacunes dans les bleus. Quelques unes possèdent des caractéristiques très satisfaisantes
  • L'illuminant des flash « propriétaires » (Canon , Nikon, Pentax...) et des flashs de studio : généralement ils sont très proches de la lumière du jour, mais chacun à des températures différentes : j'ai réalisé plusieurs regroupements à 5500K, 6000K et 6500K, pour les flash de studio il serait nécessaire d'avoir leurs caractéristiques : a) en théorie il serait nécessaire d'avoir les données spectrales de chaque flash (je ne les possède pas) ; de plus ces données varient selon la puissance de l'éclair...; b) donc j'ai préféré utiliser l'équivalent « daylight »

Comme on peut le constater la situation n'est pas simple et pose de nombreux problèmes aux logiciels de traitement Raw, dont RT.

Diagrammes des illuminants et Color Rendering Index (CRI)
Algorithme

Je me sers de l'algorithme de base « Daylight »  : a) calcul des valeurs x_D et y_D qui sont passés comme paramètres à M1 et M2 (S(lamda) = S0(lamda) + M1*S1(lamda) +M2*S2(lamda) dont on dérive Xi,Yi,Zi par calcul matriciel [XiYiZi]=[observ2°xyz][S(lambda)] puis on calcule les modifications des multiplicateurs de canaux par un simple calcul matriciel [mulrgb]=[sRGBd65_xyz]*[XiYiZi]

  • je me suis servi des travaux de John Walker (domaine public) , de B.Lindbloom -en accroissant la précision et l'étendue spectrale - notamment de la fonction « Spectrum_to_xyz » encore appelée « CIE_colour_match » qui convertit les données spectrales (350 – 830nm) d'une couleur ou d'un illuminant en valeurs xBar, yBar, zBar (via les données Observer 2°). En sortie on obtient les valeurs x et y.

Pour le corps-noir (blackbody) j'utilise la formule de Planck : le raccord entre les 2 formules se fait très bien avec un très léger décalage des valeurs xD et yD à 4000K (qu'on peut apercevoir avec l'histogramme entre 3995K et 4005K) :a) daylight 4000K : xD=0.382 yD=0.383 (à titre d'information pour 4500K : xD=0.362 yD=0.370 , pour 7000K xD=0.30 yD=0.32 , pour 25000K xD=0.25 yD=0.25); b) blackbody 4000K : xD=0.381 yD=0.377 ;

Pour les autres illuminants, les travaux que j'ai fait précédemment sur l'étalonnage (mire 468 couleurs) m'ont conduit à rechercher (et trouver) les données spectrales des illuminants que j'ai sélectionnés (tungstène, Fluorescents, HMI, GTI, Solux, etc.)

Conversion rgb ==> RGB - espace de travail "Working Profile" -

Cette "conversion", convertit les données rgb (sans espace colorimétrique) dans l'espace de travail choisi par l'utilisateur.

Ces "working space" sont au nombre de 8 (ce qui me semble largement suffisant voir excédentaire...): sRGB, AdobeRGB, Prophoto, Widegamut, BruceRGB, BetaRGB, BestRGB, Rec2020. parmi ces 8 profils 5 sont à large gamut : BetaRGB (origine B.Lindbllom), BestRGB, Rec2020, WideGamut et Prophoto.

Lors de cette conversion, un gamma interne est attribué par RT qui est toujours « gamma sRGB », c'est à dire « gamma=2.4 et pente=12.92 » (comme Lightroom – voir plus loin)

A noter que d'autres logiciels ont faits d'autres choix :

  • Adobe avec ACR propose 4 choix (AdobeRGB, ColorMatch, Prophoto et SRGB)
  • Adobe avec Lightroom : pas de choix mais un espace Prophoto modifié avec un gamma sRGB (Melissa)
  • DxO : pas de choix, mais un espace Adobe
  • NX2 : choix dans les espaces de sortie disponibles

Lequel choisir ? Vaste débat où les partisans des petits espaces s'opposent aux partisans des grands...: entre pertes de données et données fausses ou imaginaires. En effet le plus large des espaces (Prophoto) contient par construction des couleurs invisibles, voire imaginaires. De plus dans la zone des bleus, il peut amener dans certaines circonstances à générer des artefacts.

Un bon espace de travail aurait une forme prenant en compte le gamut qui minimise l'espace perdu...ce qui revient à dire qu'il faudrait choisir l'espace en fonction de chaque image, un trop grand espace pouvant amener dans les cas extrêmes des couleurs peu saturées (dans le « working profile », mais qui seront restituées lors de la conversion en output...). Néanmoins, en théorie, la gestion des couleurs doit rendre ce choix totalement transparent.

Ma réponse est pragmatique : choisir l'espace qui convient le mieux ! Mais sur quoi se fonder ?

  • faites-vous pour l'essentiel des travaux d'impression avec une imprimante à pilote CMJN ?: dans ce cas il n'est guère utile de choisir un profil à large gamut

représentation du gamut de 4 profils ou espaces

  • faites-vous des travaux d'impression avec une imprimante à jet d'encre de haute qualité ? : dans ce cas il est souhaitable de choisir Prophoto (les imprimantes de ce type ont un gamut, qui pour certaines couleurs, est supérieur à WidegamutRGB), comme "Working Profile", mais aussi comme "Output Profile" et bien sûr de choisir le bon profil d'imprimante... sur ce graphique on voit le gamut de : a) 3 espaces colorimétriques habituels (sRGB en bleu, AdobeRGB en rose, WideGamut en jaune), b) le profil ICC pour mon D200 en gris, c) le profil de le l'imprimante Epson et son papier à large gamut « 3800MOABKOKOPELI_2431_V4 »
  • avez-vous un moniteur de très haute qualité dont le gamut est proche de AdobeRGB ou WideGamutRGB, dans ce cas prendre un profil à large gamut.

Un moyen "assez simple" d'évaluer le profil minimum est d'utiliser les statistiques fournies par "vibrance" en mode Debug (avec verbose=true). Dans la fenêtre de Rawtherapee.exe, vous verrez un message:

  • Gamut : G1negat=x iter - G165535= y iter - G2negat= z iter - G265535= w iter
  • si une valeur (x ou y) supérieure à 0 apparaît pour l'un ou les 2 G1, c'est que l'image initiale (avec les contrôles faits en amont : contraste, exposition,...) dépasse le gamut de l'espace choisi dans "working profile"
  • si une valeur (z ou w) supérieure à 0 apparaît pour l'un ou l'autre des 2 G2, c'est que la saturation mise en place par "vibrance" a dépassé le gamut..
  • A vous de choisir si vous voulez conserver ces valeurs (voir ci-dessus) ou les faire rentrer dans le gamut ("vibrance" s'en charge, ainsi que "avoid color clipping" + "enable saturation limiter"), mais vous "perdez" des couleurs!
  • la conversion rgb==>RGB permet avec le travail en "float" de conserver les indispensables valeurs négatives et supérieures à 65535

Travail dans l'espace colorimétrique choisi par l'utilisateur (espace de travail "Working Profile")

RT a fait le (bon) choix de travailler en mode Lab (ou ses variantes Luv ou Lch) ou en mode CIECAM02 et avec des réels. Ceci permet de préserver au mieux les couleurs et le gamut.

Les fonctions présentes dans "Exposure", ne modifient pas la teinte, sauf "Saturation" qui le fait par défaillance du mode Lab (voir à ce sujet le paragraphe "Munsell")

Il en est de même pour "Lab adjustements", pour le curseur "saturation" ainsi que pour les curves "a" et "b" et l'ensemble des courbes qui contrôlent la chromaticité.

"Channel Mixer" et "HSV equalizer" modifient profondément la colorimétrie : à utiliser en toute connaissance des conséquences sur la colorimétrie Les fonctions : contraste, brigthness, tone curve,.. peuvent assez profondément modifier le gamut (voir plus haut le contrôle à l'aide des statistiques "vibrance")

Que se passe-t-il lorsqu'on est dans un « Working Profile » ou que l'on change de « Working Profile » ou les réglages ?

Lorsqu'on est dans un profil « étroit » comme sRGB, il peut sembler évident que les couleurs seront limitées aux limites de ce profil ! Donc si une couleur d'origine (celle du capteur, légèrement modifiée par l'interpolation), est à l'intérieur de sRGB que se passe-t-il lorsqu'on touche aux curseurs et aux courbes :

  • en mode RGB (Exposure), lorsqu'on modifie la saturation, la « lightness » ou le contraste, on travaille en mode « rgb » ou son dérivé linéaire « hsv ». Ceci revient à dire que l'effet obtenu va dépendre de l'espace de travail (sRGB, AdobeRGB, Prophoto), les résultats seront différents lorsqu'on passera de « sRGB » à « Prophoto », même si on reste dans les limites du gamut.
  • en mode Lab, lorsqu'on modifie, la « lightness », la chromaticité, le contraste, ou les courbes, on modifie directement les valeurs «L», «a», «b» (ou «C», «h»). Ceci revient à dire que si on reste dans les limites du gamut, l'image sera identique (aux limites près de la gestion des couleurs).

Lorsqu'on dépasse le gamut – soit l'image d'origine– soit par action sur les curseurs, ou par action sur les courbes que se passe-t-il ?

  • prenons un exemple :une couleur d'origine est L=27 a=2 b=-75; cette couleur est dans l'espace Prophoto et vaut R=42 G=52 B=158, et en sRGB R=-85 G=69 B=184 (R negatif traduit le hors gamut). Si on change de « working profile », il est évident que cette couleur ne pourra pas être restituée ; la conversion XYZ aboutira à L=32 a=21 b=-67 et R=0 G=69 B=184. La couleur sera différente en aspect car elle est totalement impossible à reproduire dans l'espace plus petit
  • deuxième exemple : une couleur est à l'intérieur de sRGB : L=40 a=42 b=-44 soit en RGB (sRGB) R=133 G=66 B=166, et en RGB(Prophoto) R=102 G=64 B=140: a)Si on applique dans « exposure » de la saturation (+30), les valeurs vont devenir – Prophoto – L=36 a=49 b=-49 et sRGB L=38 a=47 b=-47, car on agit sur les valeurs RGB; b) Si on applique dans « Lab adjustements » de la « chromaticity », les valeurs Lab deviennent L=40 a=55 b=-58 aussi bien dans sRGB que Prophoto, car on reste dans le gamut sRGB.; c) Si on choisit une couleur, assez proche des limites du gamut sRGB, mais dans le gamut : L=40 a=63 b=37 et on applique de la chomaticity +30, les valeurs Lab deviennent – Prophoto L=40 a=81 b=49 – on remarquera que le teinte est conservée (arctg(b,a)), et en sRGB L=44 a=69 b=50 – la teinte n'est pas conservée

Que fait « avoid color shift »?

Si on applique à c) ci-dessus , « Avoid color shift », le système va essayer de préserver la teinte, en appliquant une colorimétrie relative les valeurs Lab deviennent L=40 a=65 b=38 (ce qui aboutit au canal(RGB) G=0). « Avoid color shift » réalise 2 choses :

  • essayer de mettre dans le gamut de « working profile » des données en dehors de ce gamut, en privilégiant une colorimétrie relative. Les valeurs négatives RGB sont détectées et la chromaticité (ainsi que la luminance) sont modifiées pour atteindre la valeur 0.
  • appliquer une correction « Munsell »


La correction "Munsell"

Objectif : donner la possibilité à l'utilisateur de corriger automatiquement les couleurs qui sont quelquefois fausses en mode Lab lorsqu’on modifie la saturation, notamment dans les bleus-pourpres, les rouges-jaunes et les verts (correction de type Munsell)

Cet objectif passe par la création de 160 LUTf:

  • ces LUTf donnent pour chaque couleur (au sens Munsell), chaque luminance, les valeurs de la teinte en fonction de la chromaticité : 2, 3 ou 4 points sont fixés pour les chromaticités [0..180] de 5, 45, 85, 125 voire 139 quand c'est possible. Les valeurs intermédiaires sont interpolées linéairement. Ces LUT amènent une occupation mémoire minime : chacune a entre 45 et 140 entrées, soit au total environ 16000 entrées...
  • Les LUTf sont réalisées pour 4 zones critiques, où la dérive par rapport au mode Lab est importante (bleu-pourpre, rouge-jaune, vert, rouge-pourpre), pour les autres zones les écarts sont faibles, en tous cas nettement inférieurs aux possibilités des matrices et profiles ICC
  • Ces LUTf ont pour base l’illuminant C (un peu différent de D50 ou D65), mais du fait qu'on travaille sur des écarts et non les valeurs absolues, l'erreur de calcul est minime (moins de 10% de la correction, en tous cas nettement inférieure aux possibilités des matrices et profils ICC).
  • Ces corrections sont rapides : néanmoins elles accroissent le temps de traitement « vibrance ou Lab adjustements » de l'ordre de 10%.
  • Si l'option « verbose » est activée on voit apparaître, pour chaque type de correction, le nombre de pixels concernés et un ordre de grandeur de la correction (en radians). Pour les valeurs de corrections en radians, l’écart de couleur en deltaE94 est le suivant :
  1. correction=0.4 rad deltaE94=12 pour bleu-pourpre
  2. correction=0.2 rad deltaE94=8 pour rouge-jaune
  3. correction=0,1 rad deltaE94=3,7 pour vert
  4. correction=0.05 rad deltaE94=2 pour rouge-pourpre
  5. les valeurs habituelles maximales de dérives peuvent atteindre pour des modifications moyennes de saturation, de l'ordre de 0.05 radians à 0.15 radians, les valeurs de 0.2 à 0.25 radians ne sont pas exceptionnelles.
  6. Pour information, un deltaE94 inférieur à 1 est négligeable, il est notable vers 2 ou 3 et très important à 8 ou 11.


Espace de sortie "Output Profile"

Choix de l'espace

La première chose à examiner est : quels sont les profils de sortie qui sont installés sur votre machine ? Ceci dépend : a) du système d'exploitation (a priori Linux n'installe aucun profil); b) des autres logiciels graphiques qui sont installés (Capture NX2, PhotoShop CS, DxO, etc.), chacun installe des profils propriétaires, par exemple NX2 installe des NKsRGB.icm NkAdobe.icm, etc. qui sont protégés par copyright...; c) de profils que vous pouvez avoir téléchargés sur le web, par exemple sur le site de Adobe ou sur celui de B.Lindbloom.

Par principe je recommanderais de vérifier l'installation ou d'installer les profils de sortie correspondants aux profils de travail (working profile) - qui sont des fichiers *.icm ou *.icc présents physiquement sur votre machine et qui n'ont rien à voir avec les matrices de calcul de "iccmatrices.h". Si ces fichiers sont absents la sortie en TIFF ou JPG ne pourra pas s'effectuer vers ces profils, mais sera par défaut (si le fichier « RT_sRGB.icm » est présent) vers l'espace de sortie SRGB.

Ces profils ont les noms suivants (on peut en trouver d'autres qui ont les mêmes caractéristiques ou des caractéristiques proches), en général ils sont protégés par des copyright et ne peuvent donc être distribués par un logiciel Open-Source sans autorisation. Ils sont disponibles sur le Web : ProPhoto.icm; SRB Color Space profile.icm ; AdobeRGB1998.icc; BestRGB.icm ; BetaRGB.icc; Bruce.icm; WideGamutRGB.icc ; Bien sûr vous pouvez en installer d'autres comme : CIE.icc ; Colormatch.icc; etc.

Ces profils sont à installer dans le dossier "Iccprofiles/output" de RT ou dans \windows\system32\spool\drivers\color pour Windows et /usr/share/color/icc pour les autres systèmes.

Lorsque vous choisissez un profil de sortie, par exemple AdobeRGB1998 et que vous avez choisi un profil de travail Prophoto, LCMS2 va convertir avec une intention (choisie par défaut dans les options de RT : relative, perceptuelle,...) les données RGB de l'espace de travail vers l'espace de sortie.

Gamut pour une luminance L=50

Bien sûr les remarques sur le choix de l'espace de sortie sont similaires à celles de l'espace de travail (impression, écran,..).

Si vous souhaitez imprimer sur une imprimante à jet d'encre de haute qualité (rappel RT n'a pas à ce jour de module d'impression), il faudra passer par un logiciel tiers (Photoshop...), dans ce cas je ne saurais que recommander un « Ouput Profile » de type Prophoto ou WideGamut. Attention toutefois les sorties JPG donc 8 bits sont quasiment incompatibles - risque important de postérisation - avec les espaces à gamut important (Prophoto, WideGamut...)

Fichiers fournis

Du fait des copyrights, j'ai fourni des fichiers spécifiques avec des LUT plus détaillées qui devraient apporter moins de postérisation dans les ombres. Ces fichiers sont un sous-produit de "outout gamma" (voir plus loin)

  • RT_sRGB.icm : similaire (primaires) à sRGB.icm standard avec gamma interne proche de sRGB: g=2.40 pente=12.92
  • RT_sRGB_gBT709.icm : semblable (primaires) à sRGB.icm standard avec gamma interne BT709 : g=2.22 pente=4.5
  • RT_sRGB_g10.icm : semblable (primaires) à sRGB.icm standard avec gamma interne liénaire : g=1.0 pente=0
  • RT_Middle_gsRGB.icc : semblable (primaires) à AdobeRGB1998.icc standard avec gamma interne proche de sRGB: g=2.40 pente=12.92
  • RT_Large_gsRGB.icc :semblable (primaires) à ProPhoto.icm standard avec gamma interne proche de sRGB : g=2.40 pente=12.92 (proche de « Melissa » utilisé par Lightroom)
  • RT_Large_gBT709.icc :semblable (primaires) à Prophoto.icm standard avec gamma interne BT709 : g=2.22 pente=4.5 :
  • Rec2020.icm : nouvelles primaires - profil à gamut élevé (inférieur à Widegamut) avec gamma interne BT709 : g=2.22 pente=4.5

Lacunes de RT

L'utilisateur peut facilement constater que la sortie « output » est légèrement différente de « preview ». Cela ne tient pas à un défaut de « output » mais à l'élaboration des « curves » qui prennent mal en compte la notion de TRC (incorporation de profil ICC, pour modifier de l'intérieur le rendu des tons)

C'est une des raisons qui m'a amené à donner la possibilité de sorties "variables" :

  • soit en choisissant un profil de sortie avec un autre gamma ;
  • soit avec un gamma variable (gamma et pente)
  • soit éventuellement de réaliser une sortie linéaire et l'ajuster dans Photoshop...
  • (voir plus loin les schéma des histogrammes)

Output Gamma

De mon point de vue, Output Gamma, est un des points clefs d'une sortie réussie en TIFF ou JPEG, pour plusieurs raisons : depuis l'ajout des profils icc/icm ci-dessus- qui sont directement dérivés et élaboés par Output gamma- cette option présente un intérêt moins important car l'utilisation de ces pseudos profils Prophoto et SRGB « nouveaux » apporte des avantages similaires à Output Gamma lorsqu'on sélectionne les pseudo sRGB et Prophoto ! (voir ci-dessus). Cette option permet de palier partiellement la lacune de RT (différence « output » / « preview ») ;

L'idéal aurait été de mettre "Output gamma" en premier traitement avant les onglets "Exposure", "Highlights reconstructions" , "Shadows/highlights", etc.; mais et c'est je pense une lacune de RT, cette modification s'est avérée impossible sans amener d'importants artefacts : les différents "pipelines" de RT s'imbriquent et la colorimétrie dans la partie initiale du traitement ressort plus à du «  bricolage » qu'à un traitement professionnel...

J'ai donc choisi d'implanter ce processus en phase terminale, ce qui n'est pas totalement incongru (même si je pense cela aurait été mieux en phase initiale). Ouput Gamma, va permettre :

  • une évaluation de l'image pour les logiciels sans gestion des couleurs
  • une modification de l'image si vous imprimez en CMJN (bien sûr à l'aide d'un logiciel tiers).

Quelques réflexions

Le gamma agit de manière un peu similaire à une combinaison entre "Exposure curves" + "black point" + "tonecurves" présentes dans Rawtherapee, mais modifient de manière plus radicale les contrastes, la répartition de l'histogramme notamment entre les basses lumières et les hautes lumières, en modifiant simultanément (ce que ne peut faire les fonctions précédentes), les courbes TRC de l'entête du fichier similaires à un profil ICC d'entrée. Un ami photographe me disait récemment: "au début je pensais qu'on pouvait simuler le gamma par des contrastes, et courbes tonales..mais le résultat est différent"

Pourquoi en effet Adobe avec Lightroom a-t-il fabriqué "Melissa" qui est un espace colorimétrique Prophoto avec un gamma sRGB, c'est-à-dire une partie linéaire jusque r=12.92 puis un gamma de 2.4 ?

Pourquoi D.Coffin a implanté dans Dcraw depuis longtemps un gamma linéaire, ainsi qu'un gamma variable ?

En théorie, si la gestion des couleurs est parfaite, quelque soit le gamma de sortie (standard, variable...) l'image devrait être identique, car la gestion des couleurs se sert des données Lab (ou XYZ) et de ce qu'on appelle le PCS (Profil Connexion Space en D50) ; en pratique l'image à l'air semblable, mais si on examine les basses lumières on peut se rendre compte qu'il y a des écarts, certes assez faibles mais suffisants pour que des utilisateurs de RT aient pu dire : l'image de sortie est différente de « preview ».

D'autre part, pour les logiciels qui ne gèrent pas les couleurs comme beaucoup de navigateurs Web (Chrome,...) l'image de sortie va dépendre du gamma; il est donc important que RT permette de visualiser ce que sera le fichier de sortie (softproofing). Plusieurs facteurs doivent être pris en compte à ce jour :

  • conversion de l'espace de travail (« working profile ») vers l'espace de sortie (Output profile) : il peut sembler évident que si l'image à des couleurs hors gamut pour un des deux espaces ou pour les deux, si l'étendue des espaces est différente, le rendu des images sera différent ;
  • présence ou non de la gestion des couleurs : dans le cas de RT, ou d'un éditeur qui gère les couleurs, les écarts (à espace de sortie et de travail identiques) seront faibles mais néanmoins significatifs ; dans le cas de logiciels qui ne gèrent pas les couleurs l'incidence du gamma sera très importante
  • possibilité de paramétrer dans le softproofing, l'intention et le point noir.
  • À terme il doit être assez facilement possible de simuler une impression en convertissant la sortie vers le profil de l'imprimante; à noter que dans ce cas, une visualisation des couleurs imprimables serait un plus important.

Lorsque Rawtherapee disposera d'une fonction similaire à celle de Photoshop CS « Format d'épreuve - Couleurs d'épreuve », le problème de visualisation de « Ouput gamma » sera résolu!Cette fonction permet le « soft proofing », par exemple pour simuler l'aspect qu'aura un fichier dans le Web ou encore sur une imprimante CMJN.


Les divers Output Gamma

Dans le menu déroulant vous disposez de 7 gamma prédéfinis :

  • BT709 : pente=4.5 gamma=2.2
  • sRGB : pente=12.92 gamma=2.4
  • linear : gamma=1.0
  • standard : pente=0 gamma=1.8
  • standard : pente=0 gamma=2.2
  • High : pente=3.35 gamma=1.3
  • Low : pente=6.9 gamma=2.6


BT709 " va mieux traiter les ombres (elles seront moins grises) que sRGB et a fortiori standard 2.2 ou 1.8

"Low" va augmenter le contraste des images un peu pauvres, et permettre un meilleur post-traitement des images surexposées

"High" à l'inverse va réduire le contraste...

Linear : permet un traitement dans Photoshop des images à très haute dynamique en ajustant dans Photoshop les courbes RGB (exercice difficile...)

De plus vous avez la possibilité de "free gamma" qui permet d'associer à un profil de sortie n'importe quelle valeur de pente et de gamma, ainsi vous pouvez si vous le souhaitez sortir en dehors des nouvelles sorties liées aux nouveaux profils icc/icm ajoutés :

  • sRGB avec gamma standard 1.8
  • WideGamut avec gamma BT709
  • sRGB avec gamma : 2.2 et pente 6.5

A titre d'exemple voici avec le même fichier NEF divers histogrammes avec divers gamma et en référence l'histogramme RT (preview) avec les mêmes réglages (espace de travail Prophoto, profile « neutral », output profile = Prophoto et ses variantes en gamma).

Preview Prophoto GammaS.jpg Plus l'histogramme sera décalé vers la gauche, plus l'image paraîtra sombre... De plus, ce n'est pas parce que les histogrammes sont strictement semblables que le rendu des images sera semblable. En effet intervient la notion de «  TRC » aussi bien pour le « preview » que pour le fichier de sortie. Cette « TRC » agit sur l'entête du fichier (profil ICC) et modifie les données tonales. Si la valeur « TRC » du fichier de sortie est à coup sûr bonne, car elle est déterminée par les caractéristiques du fichier de sortie (Prophoto.icm, RT_srgb.icc,...), je pense qu'il n'en est pas de même pour le « preview »...(voir plus loin les remarques sur la sortie sRGB)

Certains pourraient avoir des inquiétudes est-ce que "RT_SRGB" est identique à "sRGB_Color_Space_Profile" et de différences avec le preview. De plus quelle est l'incidence d'un autre gamma

Comment s'en servir ?

Par souci de simplicité, le profil de sortie sera "dérivé" du profil de travail "working profile", la case "Output Profile" apparaît en grisé. Ce qui revient à dire que Profil de sortie = Profil de travail.

Par exemple vous sélectionnez "working Profile"=Prophoto et Free gamma = 2.1 et pente=4.0.

Puis vous validez une sortie TIF ou vers l'éditeur et vous générez un fichier TIF en sortie, avec profil Prophoto et gamma 2.1 / 4.0. Lorsque vous voudrez ouvrir le fichier dans un éditeur externe (par exemple Photoshop CS), il apparaîtra «Préférer le profil incorporé : Large_B709 », qui correspond au profil RT_Large_gBT709, mais avec une modification que nous examinerons plus loin.

Autre exemple, vous sélectionnez « Working profile »=sRGB et Free gamma=2.3 et pente=10.0, vous allez générer un TIFF avec sortie sRGB et gamma 2.3 et pente=10. Lorsque vous voudrez ouvrir le fichier dans un éditeur externe (par exemple Photoshop CS), il apparaîtra « Préférer le profil incorporé : sRGB IEC61966-2.1 (RTH gamma BT709 similar to HP sRGB)» qui correspond au profil RT_sRGB_gBT709 mais avec une modification que nous examinerons plus loin.

Si vous validez l'option (Photoshop CS) : « Supprimer le profil incorporé », le fichier TIFF apparaîtra avec les nouvelles valeurs RGB dues aux nouvelles valeurs de gamma et pente, mais l'apparence de l'image sera différente (absence d'entête de fichier)

L'algorithme utilise la fonction "CMSToneCurve" de LCMS :

  • les espaces de sortie sont calculés à partir de leurs primaires (rouges, vert, bleu) par exemple pour Prophoto : p1=0.7347; p2=0.2653; p3=0.1596; p4=0.8404; p5=0.0366; p6=0.0001;
  • les paramètres du gamma sont calculés avec la fonction "calcgamma" qui va en fonction du gamma et de la pente déterminer 5 paramètres à passer à la fonction adhoc de LCMS2.

On crée ainsi un pseudo profile, de type RGB "Prophoto" et avec un gamma correspondant à celui sélectionné

Mais on retrouve ici une lacune de LCMS2 qui en créant ce profil n'indique pas dans l'entête du fichier le profil correspondant, car il travaille en valeur RGB et non en LUT / Lab. En théorie il faudrait autant de profil avec un gamma adapté et non un seul. En pratique j'ai apporté une profonde modification à « Output Gamma » et contourné la lacune de LCMS2, en appliquant – après la conversion RGB, un profil *.icc qui a les mêmes caractéristiques que les profils *.icc ou *.icm qu'utilise « Output Gamma », mais où les Tag rTRC, gTRC, bTRC sont calculées avec « calcgamma ».

Pour améliorer la compréhension du traitement d'un TIF en mode linéaire, vous pouvez consulter le tutoriel(Dcraw) de Guillermo Luijk http://www.guillermoluijk.com/tutorial/dcraw/index_en.htm

D'où la nécessité d'avoir dans le dossier "Iccdirectory" les fichiers "*.icc" et"*.icm" : BestRGB.icm ; BetaRGB.icc; Bruce.icm; WideGamutRGB.icc, (ainsi que les fichiers icc/icm ajoutés pour les pseudo Prophoto , Adobe, SRGB dans « Iccprofile/output »).

Qualité des profils RT

L'utilisateur peut à juste titre se poser la question de la validité des profils « RT » (RT_sRGB, RT_Large,...).

Ces profils ont les mêmes caractéristiques que les « originaux » (AdobeRGB1998, Prophoto, SrGB Color Space Profile), seules apparaissent de petites différences au niveau des primaires et/ou des points blancs qui n'ont aucune incidence sur la qualité et le niveau des sorties.

Par contre les TRC ont des LUT plus détaillées passant de 1024 points à 4096 points. Ceci a pour conséquence – dans le cas de sRGB qui est la sortie la plus fréquente – un histogramme avec beaucoup moins d'arêtes de poissons qui peuvent amener dans les ombres des postérisations. Voici à titre de comparaison avec la même image, l'agrandissemnt de l'histogramme 16 bits dans les basses lumières, entre « sRGB Color Space profile » et « RT_sRGB »

Template:Languages